ChroniquesLigue 1

J’ai regardé Lyon-Valenciennes dans la solitude

Samedi 1er Septembre et 4ème journée de Premier Ligue 1, ma fatigue me contraint à observer OL – Valenciennes seul au monde. Trop radin pour recevoir, mes amis ne sont guère plus généreux. J’économise mon budget Loisir pour ce soir… de 18h à 20h… Happy Hours… Happy rencontre ?

4ème titularisation de Rémy Vercoutre avec l’OL… Je me dis que ses efforts sont enfin récompensés à l’entrainement.  Sur Twiiter, on me dit que Lloris est parti pour Tottenham. Foutu coupure ADSL.

La compo’ coté OL c’est :

Vercoutre, 32 ans, titulaire une fois chaque Coupe du Monde

Réveillère, 32 ans, joueur sur une jambe, non suivi médicalement par le staff lyonnais et toujours appelé en Equipe de France

Steed Malbranque, 32 ans,  footballeur en freelance et accessoirement joueur stéphanois quand l’envie lui prend.

Belle moyenne d’âge de 32 piges à eux trois… Mes élogieux résultats scolaires en mathématique parlent pour moi. Un effectif aux couleurs rétro, j’attends patiemment le retour de Pierre Laigle depuis mon canapé convertible.

La compo’ coté VA c’est :

Mater, défenseur unijambiste qui joue depuis des années sans licence.

Carlos Sanchez, rare colombien à ne pas baigner dans la drogue et sosie grossier de Robinho.

Pujol, techniquement limité,  reste physiquement plus élégant que Puyol.

À l’heure où j’écris ces lignes, Kombouaré doit verser dans la nostalgie …

Le stade est plein, le mauvais sort a envoyé quelques joueurs lyonnais à l’infirmerie (Lissandro, Gourcuff…), la crise a bouté quelques joueurs hors de Gaulle (Cissokho, Kallstrom, Lloris…). De précieuses économies ont été réalisées  mais Aulas fait toujours la gueule. Il faudra sans-doute licencier quelques arbitres de plus. La rencontre débute.

12ème : Mon voisin suspect a parié 1000€ sur 3 bourdes de Vercoutre, ça en fait déjà une. Je me renseigne sur internet si on peut aussi parier sur les blessures à venir. L’argentin et le fantôme d’un talent girondin, mon RMI y est passé.

17ème : frappe de Danic en force, Vercoutre avait déjà levé les bras pour gueuler sur sa défense avant même que le ballon ne quitte le sol. Beau sens de l’anticipation.

18ème : Bastos n’est pas parti à Al Ain et le fait savoir en égalisant. En plus d’avoir un patronyme à l’effigie d’une crème capillaire, Pento est auteur d’une sortie affreuse. Ça fait 1-1 pour les lyonnais.

19ème : Penalty provoqué par Lacazette. Gomis marque dans le but vide. Personne ne s’interroge sur la validité d’un tel but en l’absence de gardien. Le jeu reprend.

25ème : Lacazette ouvre trop son pied.  Vu la forme de Penneteau, Rémi Garde balance quelques conseils avisés de son banc de touche « tire au mileu ! ».

32ème : Lacazette s’écroule dans la surface. L’arbitre aurait pu siffler une simulation. Alexandre cherchait juste à tirer.

38ème : encore une passe lumineuse de Steed Malbranque. La Premier League est une belle école de vie. Pourquoi diable les recruteurs de l’ASSE n’ont-ils pas cherché à l’enrôler ?

42ème : Réveillère a besoin d’une seconde jambe pour satisfaire sa visite médicale au PSG. Un tacle deux pieds décollés pour se servir dans la jambe de Pujol. Opération de greffe ratée, le valenciennois se relève.

On assiste ensuite à un show de Vercoutre à 2€ l’entrée, moins cher qu’un mauvais film en VOD. Une claquette exagérée et  évitable pour faire le spectacle sur le lob de Pujol. Puis une sortie autoritaire pour boxer le ballon et nous impressionner toujours plus. On n’est pas dupe, on retiendra sa belle première sortie sur l’ouverture du score.

65ème : Grenier réveille un Penneteau somnolent sur sa ligne. Poteau rentrant, comme à la récré. Sauf que le poteau n’est pas un blouson Kiabi. Lyon mène au score.

70ème minute : Vercoutre cherche à gagner du temps en conservant le ballon. Vercoutre cherche probablement à gagner du temps de jeu aussi.

73ème : Gomis trompe Vercoutre mais son but est invalidé par le corps arbitral. Gomis qui marque contre son camp mais qui est signalé hors-jeu. Je ne suis pas sûr d’avoir tout compris. Je regarde ma main. Je n’aime pas la marque de cette bière.

76ème : Carlos Sanchez qui rigole avant de tirer son coup franc… Pujol qui marque derrière d’une subtile déviation… Vercoutre qui achète une corde et un tabouret sur Amazon.fr

84ème : Benzia, 17 ans entre. Se dire que quand Réveillère découvrait le Sopalin à 16 ans, Benzia se faisait encore dessus… se poser des questions.

85ème : Frappe terrible de Malbranque. Heureusement pour Penneteau, le tir est géo-localisé sur ses gants. Une simple opposition suffit à repousser le danger. Belle technique, il faut que j’en parle à ma banque.

La fin du match approche et l’OL souffre un peu tout en s’offrant des occasions de buts pas forcément bien négociées. A l’image de ce 3 contre 1 où Bastos tarde à servir ses deux coéquipiers. Rémy Vercoutre  lui termine en beauté avec deux superbes interventions en fin de rencontre. Malgré sa bourde, Rémy a réalisé une prestation plus que correcte. Aulas n’est pas convaincu et se donne un an pour le vendre à Tottenham comme doublure de Lloris.

Le Bonus maison :

« que c’est bon d’être jeune est inconstant » … sur le but de Grenier,  Eric Carrière au micro de canal est complètement ivre mort. Que fait le CSA ?

 

Previous post

La ligue des champions, mon cul !

Next post

J'ai regardé Lille-PSG avec mon fils illégitime

The Author

avatar

Mr Minutes

Retraité et ex-taulard de la J-League, je trinque à ma liberté conditionnelle chaque jour. Surnommé "le Tigre" par National Géografic et par mes pairs, j'emmerde tout ceux qui ne sont pas d'accord avec moi même quand ils sont d'accord.
C'est dire, mon sens du discernement et ma capacité à raisonner dans l'inconnu.

Grosse expérience en journalisme, j'ai été Rédac Chef de l'Equipe, de France Football, et Mickey Magazine (rubrique sport).

Grosse légitimité pour parler foot avec ton beau-père.