Chroniques

L’indispensable José Anigo

Le directeur sportif de l’OM a décidé de nous faire verser une petite larme hier matin. On l’imagine assis sur une petite chaise en bois dans un minuscule bureau perdu dans le grenier de La Commanderie. Il se confie, des trémolos dans la voix dans les colonnes d’un vague quotidien sportif. Il n’était pas heureux l’an dernier avec Didier Deschamps au club. Il s’est renforcé durant cette dure épreuve. Non ce n’est pas lui le boss à Marseille, lui c’est un homme de l’ombre. Un fidèle serviteur tout dédié à la cause philanthropique de l’Olympique de Marseille. Et juré, c’est Elie Baup le chef… Baup qui n’a pas eu son mot à dire sur la composition de l’effectif… Oui, et alors ?

José l’irréprochable

Avec José les choses sont simples : il n’y est jamais pour rien. Si l’OM va mal, c’est la faute aux autres. A ceux qui n’aiment pas Marseille comme lui il aime Marseille. A ceux qui ne connaissent pas son club, comme lui il connaît son club. Et surtout ses supporters qu’il bichonne mieux que personne. En les entendant la saison dernière réclamer la démission de Deschamps, on se demandait si ce n’est pas José qui écrivait les textes et tenait le mégaphone. Il ne faut pas pousser mémé dans les orties, les fans marseillais ont beau être « écervelés », ils ont de la mémoire et n’oublient pas les six titres remportés par DD en trois saisons. Mais-non-promis-juré-craché-si-je-mens-je-vais-en-enfer, ce n’est pas du tout de la manipulation made in Anigoland. Lui il restait en retrait et ne disait rien.

Dans un portrait du Journal du Dimanche de décembre 2011, il disait d’ailleurs « Je ne fais rien de mal et je n’ai rien à cacher« . Pourtant ses apartés avec certains joueurs, notamment ceux en froid avec l’entraîneur, étaient bien connus. Même chose pour les conciliabules avec Vincent Labrune, un président de tempérament s’il en est.  Mais non, tout ça c’est des racontards de journalistes qui ne connaissent rien. Ou de Deschamps qui cultivent ses réseaux. Ce même Deschamps qui a effectivement perdu le fil l’an dernier…et qui a pu compter sur Anigo pour l’aider à ne pas se relever. Et en profiter pour imposer ses choix pour la saison suivante. Elie Baup d’abords. Puis de l’audacieux : Florian Raspentino, Lucas Mendes ou Joey Barton. Du grand, du lourd, du prometteur.

Un détecteur de talent comme on en a rarement vu

Et voilà qui nous offre une bonne occasion pour se retourner sur les grandes réussites de José. En fait LA grande réussite de José. Elle est simple, elle mesure 1m67, aime les slips bariolés et roule en Hummer blanc. Cette réussite s’appelle Mathieu Valbuena. L’unique joueur que le flair anigesque a pu détecter avant les autres. Pour le reste, passez votre chemin, il n’y a rien à signaler. Pas un jeune prometteur sorti du centre de formation de l’OM durant son ère et pas une saison de recrutements cohérente depuis son avènement en tant que directeur sportif (tous les mouvements de joueurs intéressants ont été à l’initiative de Diouf, Gerets ou Deschamps). Dans ce même portrait du JDD, il disait pourtant avoir parcouru « le Portugal, l’Espagne, le  Cameroun et l’Italie à la recherche des talents de demain »…vu le résultat, il faudra que la DNCG vérifie si l’OM lui a remboursé ses notes de frais.

Et pourtant, le directeur sportif (il a été promu après avoir été viré du banc marseillais, logique) est de la race des Highlander. Au club, tout le monde bouge, sauf lui, et dans une autre mesure Robert Louis Dreyfus. Et c’est là son véritable talent. Avoir su se rendre indispensable. Pas sportivement, on l’aura compris, mais humainement. Disons qu’il possède l’art de vous convaincre que ce qu’il ne fait (pas) est forcément utile. Un peu comme dans ses films vous savez où des gars passent vous voir dans votre bar. Ils vous disent qu’ils peuvent assurer votre sécurité. A l’origine vous ne compreniez pas bien ce qu’ils voulaient dire, mais en les écoutant, tout de suite, ça prenait du sens. Et ça, c’est tout José Anigo, tout dans le sourire et la persuasion. Compris ?

 Ronaldo, le Boucher de la Villette

Previous post

Finale The Chance: le résumé complet en Vidéo

Next post

J'ai vu Nancy-OM avec mon Beau-Père

The Author

avatar

Ronaldo, le boucher de la Villette

Un jour d'adolescence, j'ai eu l'envie subite de m'inscrire dans un club de foot. Je voulais être gardien, à l'époque j'étais fan de Barthez. J'ai pris des mines à l'entraînement et j'ai globalement été une passoire durant les matches. Jusqu'à en prendre 5 en une seule mi-temps, dont 4,5 pour moi.
Le coach m'a replacé sur le terrain en seconde période avec une activité très relative. J'ai quitté ce club qui n'avait pas su me mettre en confiance. Un peu comme Bernard Lama à West Ham.

Depuis ce traumatisme, je ne joue plus qu'avec mes potes, et je me la raconte défenseur central, mais qui ne saute pas et fait très peu de longues courses, faut quand même pas déconner.

  • BastienMichel

    Il a un appui puissant au club : les Winners. Seule raison valable à la couleur orange des maillots depuis de trop nombreuses années pour ceux qui ne représentent qu’ 1/6 des supporters marseillais. Les vraies couleurs sont bleu et blanc. Point. Etre un grand club passe aussi par une identité claire et reconnaissable (Barça, Real, Milan, Inter, Juve ne changent pas de couleurs chaque année)

  • mohamed

    Discours de parigot qui n’a sans aucun doute jamais mis les pieds à marseille et qui veut, comme toujours, tout controler et foutre sa merde. Les parisiennes voudrait certainement un club qui leur ressemble, marseille ressemble à marseille et anigo, ne vous déplaise, n’est pas le pire qu’on ait eu et s’en tire plutôt bien.. Allez supporter paris et laissez l’OM a ceux qui le comprennent bande de jaloux..

    • quand tu critiques tes parents, tu deviens le fils de quelqu’un d’autre ? Belle logique.

  • Joey

    Ça s’appelle tirer sur l’ambulance. C’est la mode de se foutre de sa gueule, faisons nous plaisir.. Ça s’appuie finalement sur rien de concret. Les mecs se réveillent maintenant alors que cetait au moment du licenciement de diouf qu’il fallait gueuler. Mais la, étant donné que des joueurs de prestige arrivaient, on faisait les contents. Bref, article de rebelle boutonneux qui arrive après la guerre, et qui croit dénoncer un complot. Pour dénoncer un complot faudrait déjà que vous pigiez qqchose à Marseille.. Visiblement c’est pas gagné. Donc.. Supportez l’équipe de votre ville pour changer

    • il n’y a aucun complot, juste une réalité, certains refusent de la voir c’est leur problème