Les BLEUS

La chanze azzurri à la Franze

Ahhh depuis le temps qu’on nous traîne dans la boue avec la Slovénie dans ce foutu classement FIFA… Mais là n’est pas le débat alors parlons peu, parlons football. Toute l’Italie était en pleur hier soir alors analysons avec déontologie ce qui a bien pu se passer et les raisons de cette déroute.

Un arbitre espagnol, la marseillaise sifflée, autant vous le dire, cette rencontre commençait très mal dans l’esprit. Mais nous les français, on n’est pas des fiottes, on l’a déjà montré  dans un bus en 2010, dans un vestiaire sous le signe chinois et dans la route du Havre qui mène vers Paris. Bref, l’Equipe de France a fait le boulot avec les tripes et une équipe de Ligue 1 ALL STAR 2012.

Menez, le bon cheval

Oublions l’ère Zidane et Bixente, l’EDF c’est Trémoulinas et Valbuena. Et on s’en contente pour le moment. Après un nul salvateur face à l’Espagne et son ambassadeur Lance Armstrong, les hommes de Didier Deschamps ont posé leur c… en Italie. Aucune pudeur sur l’égalisation de Mathieu Valbuena et encore moins sur les chevauchées de Jeremy Menez. PMU, PMU, PMU. Le canasson parisien a sauté les italiens comme on saute des obstacles dans un parcours équestre. Gros respect pour cette tête de mule cependant.

Dédé avait décidé de partir avec son 4-3-3 habituel composée d’une charnière Sakho-Koscielny. Propre, malgré la relance tendancieuse de Mamad’ en début de partie qui a bien failli nous faire passer pour des pitres. D’entrée, les italiens se sont montrés  incisifs et ont multiplié les appels et les décalages pour déflorer les espaces. Finalement, le danger s’arrêtera à chaque fois dans l’axe, lieu principal d’atterrissage du cuir, systématiquement repoussé par une défense bien regroupée et sur le pied de guerre. Sakho a dégagé plus de ballons que dans un foot à 5 et Koscielny avait toujours un pied qui traine pour repousser le danger (malgré un début de partie difficile). Bien appuyés il faut dire par les latéraux qui ont eu droit à de sérieux clients en la personne de Balotelli et El Shaarawy.

C’est d’ailleurs par ces derniers que l’Italie a trouvé la faille. Difficile de contenir ces deux iroquois et c’est l’entrejeu français qui a d’abord souffert des remises de Balotelli  qui s’est improvisé meneur de pour orienter les siens. Oui c’est la mode en ce moment (cf dernier match d’Ibra en C1)… Après une frappe à la limite du dégueulasse (6ème), le citizen offre la première véritable occasion aux transalpins avec ce tir qui vient lécher la transversale. A l’origine, un amour de centre de Marco Verratti pour El Shaarawy…

Valbuena, Ballon d’or 2013

Les hommes de Prandelli vont finalement être récompensés pour leur harcèlement  et ouvrent le score par El Shaarawy (35ème). Son 1er goal en sélection, sa première grande émotion et puis son immense joie… qui n’aura duré que 2 minutes. Et ouais ! Réaction immédiate des Bleus parce qu’on n’est pas des baltringues. Valbuena hérite d’un ballon perdu par Ribery pour dribbler deux joueurs et dépose le ballon dans la lucarne opposée de Sirigu (37ème) comme on déposerait une fille après avoir fini ses besoins. Le gardien parisien est trempé. Un but dont nous ne sommes pas prêt d’oublier le génie. Sopalin, jouissance et douche en ce qui me concerne.

Au retour des vestiaires, Debuchy cède sa place à Réveillère l’unijambiste. Mais ne critiquons pas, place à l’expérience. Les français sont transcendés. Le discours de Deschamps, l’arrêt de l’emploi à la 3ème personne pour Evra ? Les spéculations sont nombreuses. Une seule chose est sure: on peut avoir les dents du bonheur et transmettre du caractère à cette équipe.  Les Bleus proposent même un semblant de jeu à l’italienne en guise de provocation. De la rigueur, un pressing constant pour pousser l’adversaire à la faute et des récupérations distinguées dans l’entrejeu pour opérer en contre. L’entrée de Jeremy Menez va apporter un nouveau souffle à cette formation. L’ex-monégasque survole la rencontre et est à l’origine du second but français. Patrice Evra foire sa frappe (mais ce n’est surtout pas sa faute) et Bafé Gomis jaillit comme dans un hôtel Formule 1 pour mettre la balle au fond.

Derrière, les italiens vont pousser pour revenir dans la partie à l’image du turinois Giovinco (83ème) qui oblige le sosie de Francis Heaulme à s’employer. La frappe de Giaccherini viendra elle flirter avec l’égalisation (87ème). Lloris était battu mais ce sont bel et bien les Bleus qui vont sortir victorieux de cette opposition. Un résultat logique qui aurait pu même se terminer en 3-1 si Menez n’avait pas trouvé Sirigu sur son chemin pour détourner son tir (85ème). Un Skin-Head face à un Maure, non le conflit Boulogne-Auteuil n’est pas prêt de prendre fin.

Au final, c’est une victoire qui vient confirmer la bonne prestation française face à l’Espagne et qui ne souffre d’aucune contestation. QUOI ? Oui même si on avait été dominé, j’aurai conclu la même chose. Voilà. La surprise de cette rencontre EST et restera Valbuena. Au-delà de son but qui affiche un indice de fécondité élevé, le marseillais a offert un volume de jeu impressionnant… La passe juste, une irrésistible vision du jeu, toujours en mouvement, toujours disponible, toujours prêt à signer un autographe à un mioche, Petit Vélo a donné satisfaction dans le rôle de meneur que lui a confié Deschamps. Et puis il l’a surtout fait face à une formation de gros calibre. Il faudra maintenant confirmer. Et puis ATTENTION à Gourcuff qui pourrait bien revenir et… On rigole, ça va. Autre profil monstre, comment ne pas parler de Blaise Matuidi ? Celui qui s’impose désormais comme un titulaire indiscutable au sein de son club, n’a pas fait le timide devant nos voisins transalpins. Mieux il s’est comporté comme le patron de l’entrejeu. De bon augure pour la suite.

Maintenant que les joueurs de l’Equipe de France se couchent avant 19h et qu’ils disent bonne nuit à la Fédération avant de faire dodo, tout devrait aller pour le mieux. Merci la FFF. Merci le Crystal Champs-Elysées. Merci Pascal le Grand Frère.

ps: Vous trouvez le titre de ce post génial ? Il a été choisi par @NicolasDelley_

ps2: Vous trouverez que ce titre est à chier ? Il a aussi été choisi par @NicolasDelley_

ps3: je préfère la xbox

A LIRE AUSSI, les Notes du Tocard Nantais

Marc-Landers

Previous post

Video but magnifique de Valbuena ( Italie - France 1-2 )

Next post

J’ai maté Bordeaux-OM avec un repris de justice

The Author

avatar

Mr Minutes

Retraité et ex-taulard de la J-League, je trinque à ma liberté conditionnelle chaque jour. Surnommé "le Tigre" par National Géografic et par mes pairs, j'emmerde tout ceux qui ne sont pas d'accord avec moi même quand ils sont d'accord.
C'est dire, mon sens du discernement et ma capacité à raisonner dans l'inconnu.

Grosse expérience en journalisme, j'ai été Rédac Chef de l'Equipe, de France Football, et Mickey Magazine (rubrique sport).

Grosse légitimité pour parler foot avec ton beau-père.