Liga

Dr Fuentes & Manita – Episode 33

Précédemment, au pays du championnat à deux vitesses…

Avant de jouer les demies-finales, le Barça et le Réal se sont imposés non sans douleur. Madrid a frôlé la correctionnelle face au Bétis mais s’impose tout de même 3-1 pendant que le Barça arrache les trois points à la toute fin grâce à Cesc Fàbregas à Levante. Valence écrase Malaga, l’Atlético prend le dessus à Sanchez Pizjuan et le Celta Vigo arrache enfin une victoire et stoppe l’hémorragie.

Vallecas ouvre le bal et reçoit Osasuna dans un match pas des plus bandants. Un Rayo qui n’a plus rien à jouer face à Osasuna qui lutte pour sa survie. Á l’image du week-end dernier face à la Sociedad, Osasuna arrache le point du match nul (2-2) et continue de rêver à un maintien. Emoussés d’un revers face aux Bavarois, le Barça a perdu des plumes dans la bataille pour son dernier match dans l’antre de San Mames. Un résultat nul qui n’arrange pas grand monde, si ce n’est Bilbao qui évite de s’enfoncer. Le FCB perd deux points sur le Real Madrid qui s’impose face à l’Atlético, 2-1. Match de la peur et Saragosse qui prend les trois points sur Majorque à la dernière minute (3-2) ce qui leur permet de quitter ce bonnet d’âne pour le refiler à l’adversaire du soir. Malaga se remet doucement de la claque subie face à Valence et gagne sans panache un Getafe moribond. Un des matchs les plus intéressants de cette journée, Bétis Séville – Deportivo la Corogne, s’est terminé sur un score nul de 1-1 mais sur le terrain, les 22 acteurs furent au niveau. 7 matchs sans défaites, le Depor continue son ascension incroyable et solidifie son probable maintien.

Tout de suite sans plus attendre…

 

Le match qu’il fallait regarder, avec un streaming de merde…

… ou même avec ton pote bourré.

Real Sociedad 4-2 Valencia CF

Iñigo Martinez 34′  Gonzalo Castro 73′  Agirretxe 86′ 90′, Roberto Soldado 25′ Jonas 90′

 

Etre borgne et sans odorat n’aurait pas suffi pour ne pas savoir que ce match sentait à des kilomètres L’AFFICHE de cette 33e journée. LE match pour la quatrième place synonyme de Ligue des Champions, une Sociedad comblée d’éloges par tous le monde opposé à un Valence blessé mais toujours présent à cette quatrième place.

La Sociédad a voulu imposer sa patte d’entrée de jeu avec une agressivité et une occupation de l’espace adverse supérieure aux Valencians. C’est d’ailleurs Carlos Vela qui prend l’initiative de lancer les hostilités avec une frappe croisée qui passe à côté des cages de Don Diego Alves. Contre le cours du jeu, Soldado vient placer une belle tête sur une des premières occasions des Ché et trompe Claudio Bravo. Bravo Morray. Valence se découvre et tente quelques incursions néanmoins trop timide mais peut compter sur la patte de Jérémy Mathieu sur coup-franc pour inquiéter Bravo, ensuite Jonas également sur coup-franc pour une seconde alerte mais sur corner c’est le défenseur Txuri-Urdin, Iñigo qui place une demie-volée peanuts, libre de tout marquage et ramène les équipes à égalité.

La suite du match se déroule sur le même schéma; une Sociedad dominatrice et des Valencians qui tentent le contre. Á la 73e minute, Gonzalo Castro signe un modèle de but sur une contre attaque éclair jouée avec Agirretxe et donne l’avantage à la Real. Ce même Agirretxe, homme du match, s’en va inscrire le 3e but dix minutes plus tard puis clos la marque à la 90e minute pour son petit doublé en guise d’effet personnel. Pour l’anecdote, Jonas ramène Valence à 4-2 mais n’empêche pas la victoire logique d’une Sociedad incroyable et increvable. Un succès sur le terrain qui se répercute sur les résultats avec une participation en Champion’s qui se profile sérieusement.

Le match qu’il fallait rater, quitte à aller chez les beaux-parents ou même écouter la journée shopping de ta gonzesse…

Real Valladolid 1-1 FC Séville

Javi Guerra 41′, Alvaro Negredo 62′

33 journées, 33 matchs et Séville n’a remporté qu’un seul match à l’extérieur. Un triste record pour l’équipe d’Unaï Emery qui a montré une fois de plus d’inquiétantes failles dans son jeu loin de Pizjuan. Malgré toute la bonne volonté du monde de Negredo, l’équipe Andalouse a buté sur une équipe de Valladolid qui n’en avait strictement rien à branler de ce match et se laisse glisser patiemment jusqu’à la dernière journée. Une ouverture du score de Javi Guerra peu avant la mi-temps sur un bon service de Patrcik Ebert et une égalisation de l’inévitable Negredo un peu moins de dix minutes après le début de la seconde période. Le reste fût assez ennuyeux malgré la qualité technique des deux côtés. Un match d’exhibition.

 

L’homme à marier de la semaine

19e but pour Alvaro Negredo ce week-end, un record personnel pour le joueur, meilleur buteur Espagnol tous championnats confondus mais également meilleur buteur Espagnol du FC Séville. Il continue d’impressionner par sa diversité face au but. Dos au jeu, remiseur, passeur, buteur. Chelsea n’a pas manqué de se positionner dans les négociations.

 

Le malaise de la semaine

Patético Madrid. Même sur une saison de doux dingues, ils n’arrivent pas à battre un Real Madrid handicapés de plusieurs éléments indiscutable de l’effectif. Assurément la fellation préférée des Merengues. Sans déconner, se faire tordre par Di Maria…

 

Le but de la semaine

La superbe contre-attaque ponctuée d’un but de Gonzalo Castro. La Real signe un modèle du genre.

 

La performance de la semaine

Et si… la Liga était réellement bi-pôlaire? Non, non. Oubliez le Barça et le Réal. Cette fin de saison se joue en bas. Après l’incroyable redressement comptable du Depor, c’est le Celta Vigo qui se remet à rêver. Deux victoires d’affilée face à deux concurrents et la prochaine réception vendredi de l’Athlétic Bilbao. Hé Manu, tu descends?

 

LE CLASSEMENT

Previous post

Dans la tête de Valbuena

Next post

La Buvette #EP 16 : l'enfant de Victor s'appelle Robben

The Author

avatar

Tedd

Adepte du football Espagnol et de ses clichés, je justifie mon statut comme Marion Aydalot ou Pierre Menes. Anciennement FootEspagnol, ProgrammeFootball et service sécurité salle de 3e âge aux concerts de Magalie Vaé. En couple avec Laure Boulleau.