Coupe du Monde 2014Les BLEUS

Ce qu’il faut retenir de la préparation des Bleus

Après cette belle partie de jambes en l’air face à la Jamaïque, les Bleus ont montré hier soir ô combien ils étaient capables de procréer sans faire de vagues. 8 buts sur le dernier match et aucune mineure sur la table, les Bleus ont grandi. Un score fleuve face à un pays qui manque d’eau. Retour sur ces matchs amicaux face à des pays du Tiers-Monde et les quelques enseignements qu’il vous faut garder un soir de poule pour expliquer une défaite ou justifier une victoire. Alors qu’est ce qu’il faut retenir ? Je vous le demande. Je vous réponds. #OeilCritique

La Tactique

D’abord la tactique mes garçons. On n’est pas là uniquement pour vous rappeler que Valbuena confirme son excellente saison avec l’OM. On doit aussi comprendre comment elle a joué cette sélection. Et dans ce domaine, on ne peut pas reprocher à Didier d’avoir tout tenté. Enfin presque.

Face à la Norvège, l’ancien coach de la Juve avait aligné un 4-3-3. Pas mal de changements sur la compo’ de départ. A commencer par la présence de Giroud en pointe en l’absence de Benzema qui fêtait encore la victoire en C1 par une délicieuse chicha pomme-menthe. à gauche, Ribery était ménagé pour laisser Griezmann s’exprimer. Un peu de sécurité dans les cages en la présence de Ruffier le gendarme. Une touche d’exotisme avec Sakho capitaine, un choix qui allait très vite expliquer les résultats aux européennes quelques jours plus tard. Un match où Pogba est sorti du lot et s’est imposé en patron et où Olivier Giroud a montré qu’il pouvait être autre chose qu’un mannequin qui pose à la une d’un magazine homosexuel. Une défense solide et sereine, des buts. Victoire 4-0 pour les Bleus.

Contre le Paraguay, Didier alignait le même 4-3-3 avec pour seul changement Sagna à la place de Debuchy. Tout de suite l’apport offensif de l’ancien Auxerrois a éclaboussé la partie de son talent. Aucun centre dangereux. Les Bleus ont été confrontés à une équipe bien plus accrocheuse que la Norvège. Un jeu fait de longs ballons vers Giroud et le talent de remiseur qu’on lui connait. Une seconde partie avec un jeu davantage axé au sol. Valbuena et ses bas de caisse pour passer sur les cotés. Il aura fallu attendre la fin du match pour que le résultat se débloque. Griezmann signe son 1er but sous le maillot bleu. Mais les hommes de Deschamps vont encaisser un but sur un marquage lâche de Pogba à la 89ème. Kaaris y voit un clash et l’unfollow subitement sur Twitter. Une certaine idée de ce qui va nous attendre face à des pays sud-américains prêts à tout pour défendre leur cartel. Coke dans la poussette du bébé et effraction dans notre domicile.

Enfin face à la Jamaïque, Didier a créé la surprise en déployant… encore un 4-3-3. Debuchy récupère sa place au détriment de Sagna, trop convaincant pour être titulaire, beaucoup trop pour daigner accepter l’offre du PSG. En charnière, Varane est préféré à Koscielny. Et puis le gros changement est évidemment coté gauche. Suite au forfait de Ribery, c’est Benzema qui est repositionné sur l’aile.

La France a joué face à une équipe composée de :

– 10% de footballeurs en herbe

– 70% d’anciens sprinters refoulés du 100 mètres avec un début de bide

– 20% de joueurs de Bobsleigh

8 pions inscrits lors de ce match, dont un doublé de Griezmann, un autre de Benzema et un autre encore de l’entraineur des Gardiens des Bleus. « C’était la Jamaïque en face » se défendront quelques abrutis finis. Vu le génocide, on est tenté de dire que ça ressemblait davantage au Rwanda. Et puis parce qu’on vient de loin, il y a de quoi se satisfaire de ce match. D’abord parce que la Suisse n’a inscrit qu’un seul but face à cette même équipe, ensuite parce que les Bleus ont démontré qu’ils pouvaient être fertiles sans être inquiétés juridiquement. Sur le plan défensif, peu d’enseignements à tirer, les Français n’ont jamais été inquiétés et Hugo Lloris fait baisser sa moyenne de but encaissés à 4 par match.

Les absents

Ribéry : dos

Grenier : menstrues

Personne ne regrettera le forfait de Grenier, obligé de quitter le groupe à cause de règles trop douloureuses. Non le vrai forfait qui fait mal est sans nul doute celui de Ribéry. L’absence du Bavarois va obliger Didier à revoir sa compo’ de départ. Pas touche à la tactique pour le moment, c’est du changement poste pour poste et dans ce domaine là on a vu ce qu’un Griezmann peut apporter. Pas la même percussion certes, mais beaucoup de talent et de facilité à animer son coté gauche. Didier peut également faire jouer Benzema sur ce coté, un positionnement qui nous rappelle ses belles heures lyonnaises et qui permet surtout de titulariser dans le même temps un Olivier Giroud décidément très dangereux dans son rôle de pivot remiseur.

L’état d’esprit

Le groupe vit bien. Selfie, sourires, re-selfie, la meuf de Nasri qui chante La Marseillaise, forcément le maillot officiel à 120 euros passe mieux aux yeux des supporters qui collectionnent les fiches des joueurs dans les fromages Babybel.

On a vu des joueurs épanouis, des tweets très lèche-cul mais bon enfant. Une équipe jeune et inexpérimentée (seuls 3 joueurs ont déjà disputé une Coupe du Monde) mais surtout une équipe qui n’a rien à perdre. Tant mieux il ne faudra surtout pas perdre quand on voit notre poule de toxicos.

Le bilan comptable

2 victoires et un match nul, 13 buts inscrits et 1 seul encaissé par un gardien qui en a pris 1292 cette saison avec Tottenham. C’est prometteur. Un résultat allemand face à une équipe Norvégienne, un nul des familles face aux descendants de Chilavert et une promenade au pays du shit bien tassé. Est-ce que Matuidi court plus vite que Ben Ali ? On en sait rien mais c’est une préparation globalement réussie pour une formation privée de top-player, qui, pour le moment, séduit sur le terrain.

Les enseignements qui vous ont échappé

  • Le match face à la Jamaïque le confirme. Les relations sexuelles seront autorisées pendant la Coupe du Monde.
  • Antoine Griezmann a une coupe de jeune SS.
  • Didier Deschamps aime le 4-3-3.
  • Nasri ne disputera pas cette Coupe du Monde.
  • Les Espagnols sont dopés.

 

Voilà RDV la semaine prochaine pour le premier match des Bleus.

 

Previous post

L’Angleterre, cette femme que l’on n’attendait plus

Next post

Équipe de France : les grands duos d'attaquants... ou pas

The Author

avatar

Mr Minutes

Retraité et ex-taulard de la J-League, je trinque à ma liberté conditionnelle chaque jour. Surnommé "le Tigre" par National Géografic et par mes pairs, j'emmerde tout ceux qui ne sont pas d'accord avec moi même quand ils sont d'accord.
C'est dire, mon sens du discernement et ma capacité à raisonner dans l'inconnu.

Grosse expérience en journalisme, j'ai été Rédac Chef de l'Equipe, de France Football, et Mickey Magazine (rubrique sport).

Grosse légitimité pour parler foot avec ton beau-père.