ChroniquesLes BLEUS

#BackToTheFuture : 2020, une équipe de France 100% pure souche

Nous revenons du futur et les nouvelles sont bad (mauvaises en anglais, ndlr). Enfin tout dépend du camp dans lequel vous vous trouvez. Marine Le Pen, élue Présidente de la République en 2017, n’a pas tardé à imposer sa vision de la nationalité française à l’équipe de France de football. Et les conséquences sont lourdes pour les Bleus. Extraits de L’Équipe du 18 juin 2020, en plein Euro 2020. Voici ce que vous pourrez lire dans 4 ans et demi.

Pas de miracle pour les Bleus. Après s’être lourdement inclinés en ouverture de la compétition (0-4) face à la Belgique, les tenants du titre, sont déjà éliminés de l’Euro 2020. La marche était trop HAUTE face à la Roumanie (2-0) et son 11 horodateur.

Deux défaites en deux matchs. C’est le lamentable bilan de l’équipe des Français de souche, tant souhaitée par la présidente de la République, Marine Le Pen, et son ministre des Sports, le naturalisé Milan Baros. « Nous avons fait ce que nous avons pu avec les moyens qui nous ont été donnés », analyse, résigné, Willy Sagnol, le sélectionneur français.

Page sombre de l’EDF

On l’avait déjà senti mal à l’aise au moment de sa nomination, en 2017, quand la présidente de la République avait publiquement salué « Français, Françaises, il n’y a pas de place dans notre équipe pour les migrants syriens. Willy n’est pas né dans une barque et fera un excellent leader ». Une déclaration choc qui verra Rio Mavuba, né dans un zodiaque, mettre fin à ses jours quelque temps après l’annonce. Blessure personnelle ou mauvais résultats du LOSC ? On ne saura jamais.

Puis, dans la foulée, l’annonce gouvernementale de l’interdiction de sélectionner des joueurs de confession musulmane et d’origine étrangère avait commencé à lui compliquer la tâche. Privé de quelques uns de ses meilleurs éléments, Sagnol a dû se creuser la tête pour trouver des solutions et composer sans Karim Benzema, Hatem Ben Arfa, Paul Pogba déchus de leur nationalité et qui ont rejoint respectivement l’Algérie, la Tunisie et le Burkina Faso (simple erreur administrative, tous les noirs se ressemblent, ndlr).

equipe de France
La #PogbaFamily admirant les exploits de Bakary Koné, Jonathan Pitroipa et Charles Kaboré au stade du 4-Août-1983 (Ouagadougou) lors de Burkina Faso-Algérie (1-4).

« Perdre Karim, Hatem, Paul c’est dur… Par contre, quel plaisir de ne plus avoir à appeler Mamadou Sakho et Moussa Sissoko qu’on sélectionnait sous la pression des familles et parfois pour faire plaisir à nos sponsors très appréciés dans les banlieues : Carrefour, KFC, Nike … », nous confie Willy Sagnol, lucide.

A l’époque, taquin, il tenait malgré tout à voir le bon côté des choses : « J’ai un devoir de réserve, alors je ne m’exprimerai pas sur la pertinence de cette règle. Tout ce que je peux vous dire, à l’heure actuelle, c’est qu’elle a au moins le mérite d’avoir conduit Bacary Sagna à prendre sa retraite internationale. On a fait une grande fiesta à Clairefontaine, on a brûlé toutes ses tresses autour d’un feu. Ça nous a libéré. C’est une très bonne chose pour le football français et pour le groupe, plus soudé que jamais derrière des valeurs saines. »

Le climat nauséabond n’épargne pas non plus la communauté qui contrôle le monde et les médias. Antoine Griezmann a été convoqué par la fédération pour présenter son certificat de circoncision publiquement.

« Quand on a vu l’engouement pour le hashtag #TeamGrizi sur Twitter, on s’est dit qu’un tel succès ne pouvait qu’être du fait de la communauté juive qui est derrière tout ça. Il doit passer aux aveux et nous montrer son prépuce », explique Robert Ménard, responsable des transports et de la logistique.

Désormais, seuls les Juifs non circoncis qui mangent des crevettes et qui chantent la Marseillaise sont tolérés.

Les ressortissants d’Outre-mer bannis

Deux ans après son brillant parcours en Euro 2016, c‘est donc avec une grande majorité de joueurs inexpérimentés au niveau international que Sagnol a été obligé de terminer les qualifications pour le Mondial 2018. Fabien Lemoine, Romain Hamouma, Nolan Roux, Adrien Rabiot, Nicolas Pallois, Valentin Esseyric, Andy Delort et Olivier Boscagli n’ont pas pesé bien lourd dans la balance. La France a terminé à l’avant-dernière place de son groupe, derrière les Îles Féroé et son 11 indigène. Seul lot de consolation pour les Bleus, Maxime Gonalons termine meilleur buteur CSC de la compétition.

Autant dire que les espoirs étaient plus que minces à l’approche de l’Euro 2020, tournoi pour lequel les Bleus, tenants du titre, étaient qualifiés d’office.

Maxime Gonalons equipe de France
Le regista Maxime Gonalons (SS Reims) à la baguette pour mener le jeu tricolore.

Un an avant le début de la compétition de l’Euro 2020, la situation s’était empirée pour Sagnol et ses hommes quand, Alexy Bosetti, le jeune président de la Fédération Française de Football (FFF) récemment nommé par le gouvernement, a instauré l’interdiction d’Équipe de France pour les joueurs issus des territoires d’Outre-mer. Exit donc les Claudio Beauvue, Alexandre Lacazette et autre Anthony Martial, jugés « pas assez de souche » par le nouveau dirigeant de la fédé. Tous trois sont allés grossir les rangs de la toute nouvelle sélection antillaise unifiée (Guadeloupe et TuVeuxMonZizi FC, Ndlr), fondée un an plus tôt par Julien Faubert, qui, à défaut d’avoir des résultats, séduit toute la jeunesse dorée férue de twerk.

Pas de miracle en 2020

C’est donc sans surprise que les Français ont perdu pied dans cet Euro. Olivier Giroud a bien tenté de sauver la face, Laurent Koscielny offre toujours un penalty généreux à l’adversaire. « On va le livrer à la Pologne puisqu’il vient de là-bas, il doit bien rester quelques camps. MOUHAHAHAHA », s’amusera Milan Baros, entre rire nerveux et colère en conférence de presse.

Les troupes françaises ont donc pataugé mais cette compétition a été surtout l’occasion pour Sagnol de tenter des expériences inédites. Lancer dans le grand bain le jeune avant-centre girondin Gaëtan Laborde. 5 ballons touchés pendant les 14 minutes et un début de puberté. Apprécier toute la technique d’un Romain Philippoteaux, 178 contrôles manqués et 3 touches longues réussies. Faire rentrer le staff médical à la mi-temps était également très culotté de la part du coach.

« On finit le premier tour avec 0 point, c’est vraiment pas mal. J’ai tout tenté tactiquement mais j’ai pas trouvé la solution finale. MDR. », ironise Willy Sagnol qui, selon nos informations, a déjà adressé sa lettre de démission à la FFF et s’en va rejoindre Cheick Diabaté pour une nouvelle vie à Bamako.

Previous post

Le 90minutes Football Club analyse la 19ème journée de L1

Next post

Le 90minutes Football Club analyse la 20ème journée de L1

The Author

avatar

Peyo Couronnes

Footballeur amateur, amateur de foot mais surtout admirateur d'Anthony Bancarel. Je porte un maillot de Cantona, des baskets clignotantes LA Gear et un survet' Sergio Tacchini. Joueur de devoir, infatigable râtisseur, je laisse parfois traîner le pied. Pour vos œufs et autres pizzas, adressez-vous à mon avocat.