Qu’est-ce qu’un kalimba ?

A l’instar du lamellophone et du vibraphone, le kalimba est une sorte de piano à pouce permettant aux amateurs d’art musical de jouer de la musique. Pourtant, quelques caractéristiques de cet instrument sont à considérer pour le connaître davantage.

Pour en savoir plus sur cet instrument de musique atypique je vous conseille le site mon-kalimba.fr, qui a su m’aiguiller et m’inspirer pour cet article.

L’origine du kalimba

Le kalimba est un petit instrument servant à produire des sons musicaux. Il tire son origine d’Afrique Subsaharienne. De même que le glockenspiel, la cloche et le xylophone, le kalimba est un instrument à percussion. C’est-à-dire, il est issu de la famille des idiophones. L’idiophone ou l’autophone signifie que les sons émanent de l’impact d’une baguette sur les lamelles de l’instrument. Couramment, senza et likembé sont les noms par lesquels les amateurs d’art musical désignent le kalimba.

Il paraît que cet instrument de musique existe depuis longtemps. Sa genèse se situe dans 1000 ans avant J.C. Quand même, jusqu’à présent, un grand nombre d’amateurs ne sont pas au courant de l’existence de cet instrument. Au fait, l’Afrique centrale et l’Afrique australe constituent les lieux où le kalimba a commencé d’exister. Plus tard, les esclaves noirs l’emmènent en Amérique du sud et aux Caraïbes.

Le domaine d’utilisation du kalimba

D’autre part, le kalimba est utilisée dans divers domaines. Le plus souvent, ce sont les conteurs et les veilleurs de nuit qui se servent de cet instrument à percussion. Grâce à la douceur, aux harmonies et à la résonnance des sons produits, il est capable de faire revenir l’imagination à l’époque de l’enfance. Aussi, en outre que sa musique est mélodieuse, il dispose d’un pouvoir dynamique et motivant. À propos, dans certaines régions africaines, les griots recourent à celui-ci pour diriger et dynamiser la marche de villages en villages. Parfois, le kalimba s’emploie en matière d’un soutien d’un instrument de musique de danse originaire de Cuba dite rumba zaïroise. De plus, dans certains pays comme Zimbabwe, pour ceux qui pratiquent le mysticisme, le kalimba fondée sur la tradition tient lieu d’un instrument permettant de faire entrer le medium en transe de telle manière que ce dernier puisse communiquer avec les esprits des ancêtres morts.

Les caractéristiques du kalimba

Les amateurs choisissent entre une variété des modèles. Parmi les marques professionnelles, la marque Hokema, Meinl et Toca constituent les produits qui inondent le marché. À l’origine, la majorité des kalimbas sont équipés de lamelles de bambou. Mais actuellement, certains modèles possèdent des lamelles en métal. Quant au matériau de l’instrument, le kalimba est en quelque sorte une noix de coco, le plus souvent il est une caisse de résonance en bois. Mais, certains amateurs d’art musical utilisent un kalimba en planche de bois. Ensuite, cet instrument produit des sons suivant le nombre de tons composants la gamme. Au fait, ce sont les lamelles qui émettent les sons au moment où les pouces les font vibrer. Et la mélodie varie en fonction de la note et les degrés de la gamme. Généralement, le kalimba est sur une gamme pentatonique ou diatonique. Pour celui qui est pentatonique, la gamme se compose de cinq tons. D’autre part, la gamme diatonique signifie que la gamme comporte cinq tons et deux demi-tons.  Par ailleurs, le kalimba est un instrument transportable et facile à manier. Il est très légère et moins encombrante. L’utilisateur n’aura pas du mal à le ranger dans son sac puisqu’il est un instrument de petite dimension.

A lire aussi : Comment choisir un sac de couchage ?